Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

mardi 24 janvier 2012

Nekofurioso presents: "Le Seigneur des anneaux: Mumak Le sombre"

Salut à vous, je vous propose aujourd'hui un petit bonus pour vous remercier de l'attention que vous portez à ce blog et à son évolution. En effet, malgré la faible substantialité de mes récents posts pour cause de "reconstruction", vous avez été nombreux à visiter les lieux, et je vous en remercie.
Pour la peine donc, je vais vous en dévoiler un peu plus sur ma personne...Ne vous attendez toutefois pas à des révélations intimes (on verra ça plus tard si vous êtes sages et assidus).
Je vais juste vous proposer le personnage que j'ai imaginé à l'occasion d'un concours organisé par la Warner dans le but de gagner un exemplaire du jeu "Le Seigneur des anneaux:Nazgul chez les ch'tis la guerre du nord" ainsi que quelques goodies sympathiques comme un T-shirt aux couleurs du jeu et un anneau en argent massif en édition limitée dans sa vraie fausse bourse elfique (un bien bel ouvrage je dois dire).


Heroic Fantasy bourrine

Dans ce Hack n Slash basé sur le riche univers d'Heroic Fantasy de J.R.R Tolkien, sorti en fin d'année dernière chez Warner Bros Games, le joueur se retrouve propulsé sur un front autre que celui décrit dans "Le seigneur des anneaux". Nous quittons donc les plaines du Gondor et le doux confort de la Comté pour nous retrouver dans les terres gelées et rudes du nord des terres du milieu, et ce afin de suivre une compagnie de 3 courageux aventuriers (un Nain, une Elfe et un Homme)mandatés en ces terres hostiles pour déjouer une manœuvre bien fourbe de l'ennemi.
Il fallait donc imaginer un personnage et exposer les motivations qui pourraient le pousser à participer à cette "guerre du nord", plus de précisions ici: Concours "La guerre du nord" et avec cette vidéo montrant parfaitement l'ambiance martiale et la colossale finesse du titre:



Le jeu a beau ne pas faire le poids face aux titres majeurs actuels il offre un défouloir honnête et surtout une vision moins sucrée de l'univers de Tolkien


Le jeu adopte donc un ton donc plus bourrin sombre et violent que ce qui nous a été proposé jusqu'à présent et les participants du concours devaient donc créer un personnage s'insérant dans cette ambiance noire et martiale. Sans plus attendre, voici l'histoire de Mumak le sombre, le personnage qui m'a permis d'être classé premier du concours. Plutôt que de surenchérir sur des faits d'armes bien badasses, j'ai choisi d'adopter une approche plus profonde, centrée sur le background du personnage et ses motivations, j'espère qu'elle vous plaira :


-Nom : « Mumak le sombre »
-Sexe : masculin
-Age : 34 ans
-Race : Haradrim
-Son style de combat proche de celui des sentinelles du Gondor et il a développé des aptitudes propres aux rôdeurs lui conférant une furtivité et un sérieux avantage en combat en milieu sylvestre.
Son équipement est composé d’une arbalète de chasse, de couteaux de jet, d’un attirail de pièges et d’un glaive de la garde d’élite du Gondor hérité de son mentor. Son corps massif et affuté sera protégé du climat rigoureux par la fourrure d’un Warg géant qu’il abattit sur son chemin vers le nord.


Histoire

« Mumak le sombre »…évoquez ce nom dans les tripots et les gargotes malfamées des régions du Sud-Gondor et vous pouvez être sûrs qu’afflueront à vos oreilles moult histoires à priver de sommeil les plus intrépides des enfants Gondoriens. Il aura tout fait, commis toutes les ignominies, véritable sacrilège ambulant qu’il est, lui, cet enfant du sud, de ces régions de l’Harad qu'un pauvre fou eut l’imprudence de croire humain…
L’histoire, et par là même, la malédiction de ce paria commence en 2884, quelques mois avant même sa naissance, lorsqu'une des servantes d’un général Haradrim traversa ainsi que de nombreux de ses semblables le fleuve Poros afin d’assaillir les populations du sud Gondor.
Cette servante dont le nom a été effacé de toutes les mémoires du fait de sa basse classe, même au sein de sa propre race était enceinte, pas encore au terme mais déjà bien engagée sur le chemin de la maternité. Sa frêle physionomie et la clémence de mère nature dissimulèrent son état à ses maitres ainsi qu’à ses paires mais elle, elle savait qu’en son sein grandissait un petit être.
Peu importaient les conditions peu romantiques de cette conception, elle aimait un peu plus chaque jour ce petit locataire inattendu. Peut-être était-ce dû à la rudesse de son quotidien, à l’absence d’amour de son univers ou tout simplement à un instant de folie mais une force irrépressible poussait ce petit bout de femme à garder cet enfant, à s’accrocher pour survivre et à taire cette grossesse qui si elle était découverte lui garantissait un curetage sans aucune autre forme de procès.
Elle ne savait pas comment cela allait finir mais chaque jour qui passait avec son passager était un instant supplémentaire de bonheur…Le seul bonheur qu’elle n’ait jamais connu de sa vie.
C’est pourquoi, lorsque l’armée de son maitre fût vaincue et repoussée sur l’autre rive, elle couru aussi vite qu’elle le pu…dans la direction de l’armée Gondorienne !
Face aux faits qui suivirent nous ne pouvons émettre de jugements sans faire preuve de partialité tant le contexte de l’époque était sombre et tumultueux, le sud Gondor ayant été, durant plusieurs années, meurtri au plus profond de sa chair par les multiples invasions Haradrimes. Nous retiendrons juste que les Gondoriens lui laissèrent la vie sauve mais que leur ressentiment à l’égard du reste de son peuple contribua grandement à détériorer sa condition physique, mais son mental, lui, restait intact, motivé par l’enfant qu’elle portait. C’est cette volonté inaliénable qui lui permis de sourire durant les brefs instants où elle put tenir son fils dans ses bras avant de s’endormir à jamais.
C’est ainsi que naquit notre héros qui sera baptisé Mumak, en référence à son gabarit (c'est que le petit était costaud pour son âge) et aux montures pachydermiques des habitants du sud.
Vous vous doutez qu’avec un tel passif le petit Mumak partait très mal dans la vie, mais il fût recueilli par un vieux soldat Gondorien qui s’était pris d’affection pour sa défunte mère, il apprit très vite à agir en adéquation avec ses convictions et maitrisa de multiples techniques de combats pour se défendre et éviter tout asservissement physique ou moral.
Il ne devint certes pas un saint, obligé avec cet handicap que constituait ses origines, de constamment ferrailler, et il dû ôter plusieurs vies pour sauver la sienne, mais seulement quand il y était contraint, préférant autant que possible éviter le conflit.
A la mort du vieux soldat, il s’installa à l’écart de la société pour vivre tel un trappeur, en parfaite harmonie avec la nature, ne sortant de sa retraite que pour vendre peaux, viandes et autres produits naturels aux marchands Gondoriens, les seuls, peut-être par leur approche commerçante de l’existence à voir au-delà de la couleur, des apparences et des préjugés. Cette existence en marge de la société aurait pu rendre Mumak totalement misanthrope, mais jamais il ne cessa de chérir ses semblables d’une autre couleur, qui, s’ils se montraient méfiants envers lui, pouvaient faire preuve d’une infinie tendresse envers leurs proches, son vieux mentor en avait été la preuve vivante.
Dans cette logique d’altruisme Il débarrassa plusieurs fois la région de bêtes féroces et créatures malfaisantes tapies dans les bois, mais ses faits d’armes, lorsqu’ils n’étaient pas ignorés, en rajoutaient à sa sinistre réputation, les autochtones lui attribuant des capacités surnaturelles maléfiques lui permettant de se battre d’égal à égal avec les démons de l’ancien temps.
Il devint toutefois un tantinet bourru et s’il avait développé tous ses sens naturels, les élevant à un niveau surhumain, celui de l’humour n’eut pas de chance et restait quelque peu atrophié.
C’est pour toutes ces raisons que notre Mumak, à l’âge de 34 ans, sauta sur l’occasion qui se présentait à lui de combattre pour la sauvegarde de la Terre du Milieu, même dans l’ombre, loin des projecteurs et en parallèle de la communauté de l’anneau de Frodon et d’Aragorn.
Si pour sauvegarder sa terre d’adoption il devait mourir dans l’anonymat dans les froides contrées du nord, tel serait son destin.


Voici donc une autre de mes multiples facettes, et qui plus est, l'une des plus geekesques : je suis un vieux fan d'Heroic Fantasy (en fait plus de Dark Fantasy mais bon, de temps en temps, une bonne vieille quête du bien contre le mal à l'ancienne ça fait pas de mal).
Même si cette histoire a été écrite un peu à la va-vite, j'ai pris énormément de plaisir à l'imaginer et il n'est pas exclu que ce cher Mumak refasse parler de lui en ces lieux...

Sur ce je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures.

P.S: Si j'étais un personnage d'Heroic Fantasy, je serai surement une sorte de mercenaire, mais gentil, hein! Un peu comme Deadpool dans sa troisième, voire même quatrième version. Du genre à aider les autres seulement quand leur requête n'est pas trop conne, et surtout quand ils ne se sont pas eux-même mis dans la merde (Les quêtes du genre "Sauvez-nous, on a fait nos barbos et réveillé une monstruosité über vénère" me passeraient au dessus du cigare...ou couteraient très cher à mes boulets de clients)

A bientôt pour LA nouveauté de ce relaunch du blog:


Nekofurioso.

mercredi 11 janvier 2012

We want you: Nekofurioso a besoin de votre avis!

Bonjour à vous tous, habitués ou visiteurs de passage (n'hésitez pas à réparer l'impair en ajoutant ce blog du meilleur goût dans vos favoris/"likes" facebook/"Followed" Twitter etc.).
Ce post a une visée participative en vous donnant la possibilité de choisir le rendu final du Header du Blog. En effet, hier, celui-ci a évolué tout au long de la journée pour donner le résultat que vous voyez en haut de page.
Toutefois, avec du recul, je me suis rendu compte que plusieurs des étapes avant le "rendu définitif" étaient assez sympas (ma préférence allant pour le blanc et nuances de gris). Un "fwèwe" m'ayant également signalé sa préférence pour ce visuel épuré, je vous demande donc votre avis quant à l'apparence finale de mon en-tête:
Pour la version épurée, votez 1
Pour la version colorisée, votez 2
Pour l'entre-deux (nuances de gris), votez 3

Le vote se termine le 26/01/12, je compte sur vous pour votre participation et le partage du sondage autour de vous!

Version épurée:

Version colorisée:

Version nuances de gris:


UPDATE: Voici une tentative de dé-saturation de la version colorée du header , parce qu'elle me piquait un peu les yeux à moi aussi (Hein Mister K!?), qu'en pensez vous (commentaires en dessous) :




mardi 10 janvier 2012

In your head (er): On touche au but les amis!

Salut à vous, encore une feinte d'article qui n'en est pas vraiment une (de feinte).
Au début je voulais vous balancer tous les nouveaux ajouts du blog d'un coup tel une bonne golden champaign Shower vivifiante pour l'esprit et douce pour la peau...
Hélas, en voulant bien faire (et à cause d'une boulimie de projets dont je vous parlerai très très bientôt...ou pas), j'ai laissé trop longtemps ce blog sans ajouts artistiques notables. Du coup, au lieu de préparer mon coup dans mon coin en bon vieux mégalomane que je suis, je vais vous proposer de suivre pas à pas les dernières étapes de l'évolution du blog vers sa mouture définitive.
Sans plus de blablas, voici la première des dernières étapes vers le design final des lieux: Le header ou encore l'en-tête, élément sans lequel cet espace ne saurait vraiment être totalement personnalisé!
Entamé hier, le header en est pour le moment à ce point: encré, scanné et partiellement "cleané" sur Photoshop, il est donc pour l'instant en noir et blanc, sans ombres ni reliefs, mais les choses ne sauraient tarder à changer dans les prochaines heures...STAY TUNED comme on dit par chez moi.
En bonus, la préparation du header étapes par étapes à ce point:

Dessin de base encré
Le dessin que j'ai réalisé sur papier avec mes petites mimines, mon crayon magique (merci à miss A.G) et quelques liners de différentes épaisseurs. Vous noterez que les éléments ne sont pas disposés de la même manière que sur le résultat final, eh bien c'est parce que c'était plus pratique de faire ainsi pour bien prévoir l'impact de la composition.
Durée: 2h45 à peu près

Deuxième étape: recomposition du dessin
Quelques rapides manips' sur le bébé d'Adobe et tout était dans la boite!
Durée: 15 minutes en mode flex

Troisième étape: finalisation
L'affaire de quelques clics sur Photoshop afin de rajouter 2-3 trucs pour finaliser le design du header à cette étape.
Durée: 10 minutes, le temps de me décider.

Vous aurez donc compris que le plus long et le plus important dans l'histoire demeure dans la création initiale de la bête: même si Photoshop c'est magique, plus vous êtes flemmards et plus cela prendra de temps de corriger vos inexactitudes.
Il ne faut donc pas avoir peur de s'appliquer à fond dès la feuille de papier, et ne pas hésiter à gommer toutes les petites saletés après avoir encré. personnellement j'utilise une gomme "mie de pain", un chouïa plus chère qu'une gomme normale mais infiniment plus efficace:

On pourrait surnommer cette beauté la "Anne Sinclair du dessinateur": Vous pouvez faire le porc, elle sera toujours là pour rattraper!


Maintenant commencent les choses sérieuses: pendant que je coloriserai le header je m’attellerai également à la réalisation du VRAI premier post de relaunch, et je peux vous dire que, réussi ou non, ça va changer de ce que j'ai fait jusqu'à présent

A bientôt,

Nekofurioso.

lundi 9 janvier 2012

Incoming...

Salut à vous, vous devez penser que je me tourne les pouces en ce moment? FAUX!!!
Je prépare deux-trois trucs dont voici deux "samples":



Je ne vous en dis pas plus, mais ce n'est qu'une infime partie d'un truc plus gros, à bientôt!