Traduisez le site dans votre langue

Select your languages

mercredi 31 août 2011

Le quart d'heure américain!



En ces temps de mondialisation il est bien difficile de trouver une partie du globe qui n'ait pas été abreuvée par la culture américaine, que ce soit de ses saines valeurs de liberté, de dépassement de soi et de compétition, ou même de ses dérives impérialistes et idiocratiques.
En gros, comme pour à peu près tout en ce monde, il s'agit de faire la part des choses et tâcher de séparer le bon grain de l'ivraie pour ne pas sombrer dans la facilité avec des phrases telles que: "Ils sont cons ces ricains!" ou encore "Quels bourrins ces amerloques!", mais bon, ce post n'a pas pour but de constituer une analyse sociologique donc venons en aux faits:
La semaine dernière, sans m'en rendre compte, j'ai quasiment consommé 100% américain au niveau de mes loisirs.

Tout a commencé avec la mise à jour du Playstation Store du 24/08/11 qui nous proposait deux démos bien chargées en testostérone: Back Breaker Vengeance et Warhammer 40000 Space Marine.
D'habitude niveau jeux-vidéos je privilégie la dimension artistique, l'originalité et la narration et donc des OVNIS auxquels personne ne joue (même si j'ai aussi quelques perles de consommation de masse dans ma collection), et pourtant j'ai pris mon pied sur les versions d'essai de ces deux jeux!

Touch douwn!!!

Pour ce qui est de Back breaker Vengeance, version dématérialisée et orientée mini-jeux de Back Breaker, l'outsider punchy des jeux de football américain, je dois dire que c'est la sensation de "mettre des vents" à l'adversaire en traversant le terrain qui m'a grisé. Une sorte d'Eyeshield 21 version macho mucho en somme où il nous est donné par de brusques changements de direction, de sauts ou de glissades, de causer des tours de reins aux défenseurs ou tout bonnement de crucifier leur honneur sur la place publique. Il n'en fallait pas plus pour rendre mon petit côté taquin accro à cette démo et de partager ce plaisir régressif mais jouissif autour de moi!


Orks must die!
Le cas de Warhammer 40000 Space marine est lui, lié à mon admiration pour l'univers futuriste de Games workshop, bien que n'ayant jamais joué au jeu de plateau ni peints de figurines. En effet, les deux loisirs pré-cités sont quelques peu incompatibles avec ma conception de l'amusement (et aussi de la patience^^), je me suis donc contenté des années durant de baver sur les illustrations deKarl Kopinski et Alex Boyd ou encore d'Adrian smith, n'ayant pas un PC assez puissant pour faire tourner mes Dawn of War (Ce qui est toujours le cas sigh...). Quel ne fût donc pas mon plaisir d'apprendre l'adaptation sur ma petite PS3 de cet univers chaotique et martial sous forme d'un Beat Them All bien nerveux! Je lançai donc la démo avec un brin de fébrilité, et malgré les quelques défauts constatés, le résultat était à la hauteur de mes espérances avec un jeu hautement bourrin retranscrivant assez bien l'univers guerrier crépusculaire de la franchise: nous incarnons l'Ultra marine Titus (quel nom foireux tout de même) accompagné de membres de son chapitre dans un monde en proie à la fureur des Orks. Il s'agira donc de nettoyer la planète de sa pourriture verte à coups de Saint Bolter et de Chain Sword, le tout dans des geysers de sangs et de boyaux! Un délice pour le bourrin sommeillant en chacun d'entre nous!

American Idiot
Après cette parenthèse vidéo-ludique, il ne me restait plus qu'à achever ma semaine avec une soirée "All-american" avec mes compagnons de gaudriole, à base de bières, de pizzas bien fat et le visionnage de Captain America au cinéma en vraie fausse 3D!
A la base je ne suis pas fan de Captain America, ce héros provoquant chez moi de très sérieuses crises de cécité/vomissement, mais cette adaptation cinématographique semblait plus lorgner sur l'univers de "Ultimates" initié par le surhomme du scénario déviant, j'ai nommé Mark Millar (Kick-Ass, Wanted, Superior ou plus récemment Nemesis) où les héros sont malmenés et ramenés à une sombre réalité.

Je ne vais pas réaliser une critique dithyrambique comme à mon habitude mais plutôt vous énoncer les 3 grands axes du film.
Attention, de légers spoilers sont présents dans ces lignes, mais bon, rien de bien méchant!
-Les attributs mammaires de l'actrice Hailey Atwell qui joue Peggy Carter(la grognasse femme forte du film) sont une véritable sucrerie pour les "boobies addicted". J'ai d'ailleurs imaginé un "Behind the scene" du moment où celle-ci se penche à l'arrière d'une voiture placé au dessus du vide.

-Tommy Lee Jones jouant un haut gradé de l'armée américaine bourru et sarcastique qui nous fera grâce de quelques savoureuses piques acides.

-Une séquence guimauve où Steve Rogers et Peggy Carter taillent le bout gras tranquillement en attendant que notre héros se plante héroïquement dans un gros glaçon. Je dois dire que cette scène m'a quelque peu fait saigner les oreilles et pousser un cri de soulagement à la fin de cette torture auditive.


Bon, après cette Yankee-isation, il est temps pour moi de me plonger dans le très nippon "Catherine", le temps de le finir entre mon escapade en Bretagne et ma rentrée universitaire et je vous ponds un article bien épais sur cet OVNI qui m'a fait réaliser encore une fois que "le jeu vidéo, eh ben c'était pas mieux avant!".



samedi 20 août 2011

Maximum Delirium: Hommage à Hiroyuki Imaishi


Panty and Stocking vs Pandy and Retro: Clash of the freakz!


Salut à vous, fidèles lecteurs comme égarés de passage (et peut-être futurs fidèles)!
A la base je comptais juste vous proposer le fanart ci-dessus que j'ai réalisé en l'honneur des créations rated W for WTF de l'animateur japonais de génie Hiroyuki Imaishi, mais cela n'aurait pas été complet et digne de l'envergure de ce grand monsieur.
je vais donc finalement vous proposer un petit échantillon des travaux du maitre avec des croquis, sketchs et M.A.D (vidéos hommages) afin que vous aussi vous puissiez succomber à la folie omniprésente dans ces petites pépites fraiches et décalées.

Who's dat Badass?

Même si vous n'avez jamais entendu parlé de lui, si vous êtes fans de mangas ou un tant soit peu intéressés par le monde de l'animation, vous avez forcément dû voir au moins une fois un échantillon de son travail, notamment dans l'anime qui a signé le début de sa carrière en tant qu'animateur: Neon Genesis Evangelion pour les studios Gainax.


Evangelion, série culte mais un chouïa Bullshiteuse dans les premières tentatives de traitement de sa fin (heureusement qu'il y The Rebirth maintenant)


Il y a pire comme départ dans la vie professionnelle d'animateur n'est-il pas?! Le fait est que notre surdoué adeptes de scènes d'actions nerveuses et survoltées (un tantinet épileptiques) s'illustrera à nouveau chez Gainax sur une série qui à l'époque chamboula complètement ma vision de l'animation japonaise:
FLCL (Fuli Culi)

Welcome to the madhouse!!!



Entre ces deux mastodontes Imaishi travailla sur l'animation clé de plusieurs autres animes comme les films et téléfilms de Lupin The Third: Crisis in Tokyo, Alcatraz Connection et Otakara Henkyaku Daisakusen et sur la série hautement déjantée Abenobashi (les épisode 3 et 12, les plus speed et tarés).



Lupin III, le héros de manga le plus funky avec Cobra...à croire que les jeunes loups à force de se la donner en oublient cette donnée primordiale




L'épisode 3 d'Abenobashi, un monument de WTF décomplexé



Dead Leaves: La Biffle


YAY!Baby!!!


Après un parcours aussi exemplaire il était tant pour notre surdoué de passer aux choses sérieuses et de produire son propre film avec Dead Leaves, un véritable OVNI où Pandy (une plantureuse jeune fille avec une tâche de vin sur l'oeil) et Retro (Un voyou avec un vieux poste de télé à la place de la tête), deux amnésiques asociaux et violents se retrouvent embarqués dans un sac de nœuds intersidéral et métaphysique. Cette œuvre hautement déviante figure aujourd'hui encore dans mon Top 5 des films d'animation les plus barrés au côtés de Aachi & Ssipak et The Haunted World of El Super Beasto. Tout y était: humour noir irrévérencieux, violence gratuite, sexe en camisole de force, combats épiques et bien d'autres joyeusetés encore!

Trailer US:


Attention, vous n'en ressortirez pas indemnes!


Ce film acheva donc de me rendre complètement fan de l'individu et à partir de l'annonce de chacun de ses travaux est devenu pour moi comparable à l'attente de la venue de d'un Père Noël à la sauce grindhouse et dopé aux amphets!


Calottes récentes

Ces coups de maitre n'arrêteront pas notre alien qui finira de nous calotter nos mirettes avec des séries constituant à chaque fois des claques dans le paysage de la japanimation.

-En 2007, l'épopée SF et mécha totalement barrée Gurren-Lagann qui introduira l'un des personnages masculins de manga les plus charismatiques et égocentriques de tous les temps, j'ai nommé Kamina!




Mmmmh, vous avez dit Badass?


-En 2010, le très sexy et politiquement incorrect Panty and Stocking with Garterbelt, qui de par son graph atypique et "enfantin" fit souffler un véritable vent de fraicheur sur un monde de l'animation japonaise qui commençait à perdre sa folie et à se standardiser de plus en plus.




Un pur concentré de Pop Culture et d'irrévérence dans ta face!!!


Voilà, vous l'aurez compris, je suis en admiration totale devant tout ce qu'à accompli Hiroyuki Imaichi, j'espère que cet article vous aura donné envie d'en savoir plus sur lui et que vous choperez le virus! Mais avant tout, j'espère qu'il continuera longtemps à nous fournir des œuvres non formatées et surpuissantes pendant encore longtemps!

Et pour finir, quelques une des M.A.D autour de ce fifou et l'intro survoltée du moyen Musashi Samurai Legend, sorti à l'époque sur PS2:








mercredi 17 août 2011

Black Dynamite the animated movie: le pilote


*****************WARNING: Post sponsored by KFC**********************

Hi fellaz, post éclair pour vous faire partager le pilote du projet de film d'animation sur Black Dynamite, le héros afro 100% blaxploitation, véritable hommage aux films des années 70 mettant en scène des "fwèwes" ultra balèzes se battant pour une fois du bon côté de la loi (non-non, il ne s'agit pas de science-fiction!). Sans plus attendre, voici la vidéo du pilote gracieusement fournie par Catsuka:



Ces films sont pour moi comme pour de nombreux artistes de toutes les nationalités et de toutes les couleurs, une mine d'inspiration précieuse tant leurs codes étaient de purs produits de WTF: des "sœuws" aux courbes ultra-généreuses, de "gentils" PIMPs (l'homonyme en oxymore de "Soleil noir" en somme) et bien sûr un héros afro super funky dont la dangerosité n'a d'égale que le groove!
Même s'ils sont caricaturaux au possible et peu crédibles, je me dois de reconnaitre que ce type de films était plus que nécessaire à une époque où être Black au cinéma était synonyme de mort précoce/conne ou de rôle de méchant dealer de crack (parfois les vicelards cumulaient du genre: "tralalala mmmh j'ai bien vendu ma came au petit Bobby Drake tout à l'heure, je vais pouvoir m'acheter des ailes de poulet frit...Oh un monstre super anxiogène apparait! Aaaargh nooon rends-moi mon pancréas, j'en ai besoin..raaah monde de merde...*couic*")

En bonus, la bande annonce du film "Black Dynamite" et quelques affiches de films de Blaxploitation:







lundi 15 août 2011

Bas les masques: Super héros et vie sociale, un échec inévitable?




Préambule

 

Petit post spécial, véritable patchwork de plusieurs thèmes autour des super héros qui se bousculent dans ma petite tête, on va donc le considérer comme une introduction globale à tous les futurs posts autour des Comics...Quand je dis comics, j'entends ceux délivrant des histoires matures surfant sur des sujets contemporains et/ou complètements déviants, vous avez donc peu de chances d'y trouver de champions du manichéisme.
Mais commençons par le commencement car qui dit super héros dit...

...Identité secrète


En effet, secourir la veuve et l'orphelin constitue dans la plupart des cas un mi-temps qu'il est difficile d'avouer en société, vous imaginez vous annoncer à votre mère que la nuit vous risquez votre vie, parcourant la ville en combinaison spandex moulante affublé d'un sobriquet à consonance zoologique , pas terrible hein!?
Donc le super héros costumé, tel un schizophrène doit jongler avec plusieurs personnalités, s'acquittant pour chacune d'elles des responsabilités qui leurs sont liées, on citera parmi les moins sociopathes et irresponsables des héros (ceux qui travaillent pour gagner leur croute): Matt Murdock/Daredevil, avocat le jour et combattant du crime la nuit, ou Bruce Wayne/Batman, milliardaire le jour (si si, c'est un métier) et protecteur de Gotham dès que le crime pointe son sale museau.
Nos chers héros seront donc amenés malgré leurs statuts de défenseurs de la justice à mentir, dissimuler, tromper leur entourage et des millions d'admirateurs.

La question de la cohabitation entre identité publique et alter égo costumé a été abordée maintes fois par de nombreux auteurs et de manière plus ou moins réaliste et déjantée que je vais classifier ainsi:
Le super héros et la vie sociale et le super héros face à la législation.

Le super héros et la vie sociale

Combattre le crime est certes gratifiant pour l'égo mais cela ne vous rend pas plus appréciable pour autant par vos proches, pire cela peut même avoir l'effet inverse:
le temps passé à faire le mariole en collants ne sera pas consacré à votre entourage qui se sentant délaissé aura tendance à s'éloigner de vous. Je pense que je ne suis pas loin de la vérité si je dis que que dans notre monde, jouer les super héros prédisposerai les justiciers à être largués/cocufiés/licenciés etc.
Peter Parker et Clark kent ne s'y sont pas trompés, sentant qu'il leur pousserait bien vite des cornes s'ils n'avouaient pas leurs identités secrètes à leurs shagasses dulcinées.


Mmmh, c'est moi ou son regard est tout bonnement indécent



Poor fool...Laisser son laptop à sa femme, erreur de débutant Kal-El


La palme de la situation la plus ambiguë de cohabitation entre les différentes personnalités revenant pour moi à la BD argentine cultissime Cybersix où Adrian Seidelman/Cybersix qui lorsqu'elle se travesti en homme la journée est amie avec Lucas Amatto pour lequel elle a des sentiments(voire l'article consacré à la série pour plus de précisions)...bissextile n'est-il pas?
Face à ces difficultés, certains encapés ont choisis de couper court à toute vie sociale pour se consacrer à leur devoir de défenseur de la justice, je n'en citerai qu'un qui m'aura marqué par sa classe et son sens démesuré du devoir: Rorschach du roman graphique The Watchmen d'Alan Moore et Dave Gibbons qui, grâce notamment à de "menus" troubles psychiatriques, s'est tout bonnement coupé de toute vie sociale.

"Je m'appelle Rémi et je suis sans famille et je me ballade en défonçant des méchants!"; Rorschach un soir de grande ébriété

Passons maintenant aux démêlées des vigilantes avec la justice du bas peuple.


Les super héros face à la législation

Je vais aller droit au but, dans leur combat contre le crime les super héros se mettent souvent la loi des hommes à dos, et ce pour plusieurs raisons inhérentes à leur "profession":

-Je commence par la plus grave de toutes car foulant du pied la grandeur des lois gauloises la Loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public. Vous me direz, la plupart des super héros, voir tous sont issus du pays de l'Oncle Sam donc de ce fait ils n'ont cure des affaires françaises, mais ils pourraient être solidaires par égard de la belle histoire commune de la France et des USA.
Or, ils n'ont de cesse de se pavaner cagoulés et masqués tels de valeureux sado-maso!

cumul intolérable pour sieur Guéant:un basané en burqa, La Cape joue à un jeu dangereux!
-Des dommages collatéraux monstrueux car lorsque les surhommes se mettent sur la gueule ils ne font pas dans la dentelle, imaginez-vous par exemple entrain d'assister avec effroi à ce pur concentré de destruction urbaine de 2 minutes qu'est ce combat entre Superman et Captain Marvel (Des images d'une rare violence pour tous les architectes et autres fétichistes des bâtiments):


"Quand les éléphants se battent, c'est l'herbe qui souffre"; Célèbre proverbe ivoirien


Finissons par l'élément déclencheur de l'une des sagas estampillées Marvel les plus marquantes de ces 5 dernières années: Civil War


"YAY!Ocean girl power, tu vas prendre cher, Nitro!"; Namorita, petite soeur de Namor



"Oh merd..."; Namorita, feue petite soeur de Namor/poisson braisé

Il était donc normal qu'avec une telle conduite irresponsable, des comptes leurs soient demandés, Civil War se place dans cette logique avec des super héros auxquels il est demandé de faire tomber les masques suite à une tragédie causée par l'imprudence de la nouvelle équipe des New Warriors (de sales petits branleurs en lycra participants à une émission de TV réalité). S'ensuivit une guerre civile entre les héros en faveur de la législation menés par Iron man et ceux désirant conserver leurs alias rassemblés sous le bouclier étoilé de Captain America.
Bourre-pifs, drames fratricides et rebondissements ponctueront cette saga durant laquelle Wolverine fera un pas de plus vers l'immortalité.

"Peuh, même pas mal"; Wolverine après l'incinération de ses bijoux de famille



To be continued...



Bon, ce post ne devant constituer qu'une brève introduction à d'autres plus importants je vais m'arrêter là pour aujourd'hui...Ah, vous vous demandez surement pourquoi j'ai réalisé un fanart sur Hélène Parr du film Les Indestructibles pour illustrer la fin de cet article traitant d'un sujet "sérieux"? Eh bien parce que l'idée m'est venu à la suite du (re)visionnage du film d'animation de Pixar, qui, l'air de rien, dans les premiers instants du film aborde la responsabilité des super héros vis-à-vis de la loi et les frais engendrés par leurs petites sauteries...Et aussi parce qu'Elastigirl est une F.U.C.K.I.N-M.I.L.F!


mercredi 10 août 2011

DAT GURL 2



Salutations à vous, deuxième post de la thématique "Dat Gurlz".
Après la distinguée et suffisante Helenn Pryde, accueillons la pétillante et délurée Christie Riviera, qui de son corps fait pour l'amour en fera vaciller plus d'un(e)...
Sa silhouette féline peut être aperçue dans la pénombre du "Baroque Work", son bar so hype de prédilection aux murs duquel elle pourrait exposer ses innombrables conquêtes.
Bref, qu'on l'aime ou qu'on la déteste, Christie est une femme qui vit sa vie comme elle l'entend, sans aucune retenue ni aucuns regrets...Porte étendard d'une société en perpétuelle évolution de morues mœurs (oups, regrettable anagramme, ma fourche a languée), aujourd'hui, je suis convaincu qu'il y a une Christie Riviera dans l'entourage de la plupart d'entre nous.

P.S: Promis, après ce regrettable écart de conduite, la prochaine "GURL" défendra de meilleures valeurs que cette chère Christie et siéra plus à l'esprit bon enfant et puritain de ce blog...ou pas!


Petit Bonus, les étapes de création de la jeune gourgandine


Le dessin crayonné et encré. Temps de réalisation: 40-45 minutes



La première colo et le cleaning du dessin. Temps de réalisation: 1H à peu près



Colo finale sans effets de luminance, je l'aime bien comme ça aussi. Temps de réalisation: 30 minutes



Le dessin tel qu'il vous a été proposé en en-tête du post, ajout d'un filtre lumineux. Temps de réalisation: 40 secondes à peu près (le temps de régler l'intensité et la clarté) :p


Voili voilou, j'espère que tout cela vous a plu et que vous le partagerez autour de vous, si vous avez aimé, il y a tout ce qu'il faut juste en bas pour le signifier, le noter, le booster,le liker,le tweeter etc. bref, comme on le dit dans le tiékar, "me mettre bien" quoi. (En plus pour tout nouvel inscrit sur le blog jusqu'au 3 Septembre, une illustration perso envoyée par mail, commande possible)
See ya soon bubz!



lundi 8 août 2011

L'envers du décor des pubs, premier accusé sur le banc: Mc Donald's

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais la nouvelle pub Mc Donald se place véritablement en écho à celle sur la solitude en France, les images parlent plus que les analyses foireuses donc voici les deux vidéos à la suite:


La publicité McDonald's incriminée, je suis obligé de la mettre en lien car elle a la fâcheuse tendance de se lancer inopinément (oui, je fais décidément tout pour votre confort mes chers lecteurs).

La publicité sur la solitude en France:

Vous saisissez la causalité?


Le fourbe de père qui via un odieux subterfuge va poser un lapin à la vieille tante qui dinera encore une fois toute seule chez elle après avoir en vain cuisiné toute la journée en espérant faire plaisir à ses proches ingrats...
Nous pouvons donc conjecturer sur les différentes conséquences de cette pub, véritable pied de nez à la morale et à l'esprit de famille!!!
-Suicide de la vieille tante qui aura diné une fois de trop en tête à tête avec elle même mais trop prude ou pauvre pour louer les services d'un gogo-dancer numide pour égayer ses froides soirées (le temps bien pourrave du moment lui donnera raison)


-La petite fille qui aura appris à se soustraire de ses responsabilités grâce à un père indigne risque de devenir une adulte détestable qui n'hésitera pas à user des pires bassesses pour arriver à ses fins, salissant une fois de plus l'image déjà bien écornée de la femme.


Ah il est beau le rêve américain, balayant du revers de la main les franches valeurs familiales gauloises au profit d'un empire capitaliste inique!...Excusez moi, je m'enflamme, mais traiter des relations humaines avec tant de superficialité a le don de m'attrister profondément, je vais donc de ce pas planifier ma prochaine razzia au KFC pour me remettre de mes émotions.

mardi 2 août 2011

DAT GURL 1



Salut à toutes et à tous, je ne sais pas pourquoi, mais en ce moment je suis -mmh comment dire ça sans passer pour un satyre?- obsédé par les femmes et leur profondeur...Non, rien à faire quelque soit la tournure ça reste louche.
Je vais donc m'expliquer avant d'être la cible d'une délation calomnieuse à la brigade des mœurs: m'exerçant pour mieux dessiner les personnages féminins, je me suis laissé prendre par une fièvre qui m'a conduit ces 5 derniers jours à ne dessiner que des femmes dans différentes scénettes, réalistes comme fantaisistes (Martine et la promotion canapé, Martine révolutionne la physique quantique...).

En gros, mon critérium vagabonde au gré des courbes de ces créatures vénusiennes ô combien intrigantes et mes carnets de croquis se remplissent de naïades mutines et déterminées mais fragiles derrières leurs airs farouches, je pousse même le vice jusqu'à relire Simone de Beauvoir, mais je coupe la chose avec mes ouvrages de dessinatrices contemporaines de talent comme Margaux Motin et Hélène Bruller (Eh oui, ma part de féminité s'exprime par une collection assez conséquente de bédés pour gonzesses destinées à un public féminin qui passent sous couvert de cadeaux à ma copine).

Bref, femmes je vous aime et je vous dédie ce petit premier dessin issu de mes nombreux croquis et qui devance une série de dessins autour de la femme dans tous ses états et qui va s'intituler sobrement "DAT GURLZ!". Accueillez donc "DAT GURL N°1: La très suffisante Helenn Pryde", une jeune femme sure de ses convictions qui suscite surement jalousie et rancœur chez ses sœurs et crainte et désir chez la gent masculine.

En bonus, 4 des croquis faits d'une traite et non cleanés pour mes futurs dessins et les prémices de celui-ci, enjoy :